Castèl de Montpelhièr


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lycinia
Orateur
Orateur
avatar

Nombre de messages : 344
Ville : Montpellier
Fonctions : Procureur du Languedoc
Date d'inscription : 01/02/2014

MessageSujet: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Lun 28 Avr 2014, 20:15

Victime 1 : Erossi

Citation :
Expéditeur : Erossi
Date d'envoi : 28/04/1462 - 06:54:06
Titre : Racket cette nuit
Bonjour Madame le Procureur,

Je vous met en copie du courrier envoyé au juge.

En attendant votre retour.

Bonne journée

Erossi




Bonjour Monsieur le Juge,

J'ai eu la dégraébale mésaventure de me faire racketter sur la route entre Bezier et Montpellier cette nuit :

28/04/1462 04:08 : Vous avez été racketté par un groupe composé de Alessandro.di.roja de Chalva de Magda et de Bocom .

J'ai bien reconnu les assaillants et souhaiterais vivement porter plainte contre eux!!

Ils m'on subtiliser plus de 500 écus de mes ventes sur la route et quelques objets sans importances (nourriture).

Je veux aller aussi loin que possible pour les faire punir et resterait dans cette ville le temps du procès s'il le faut.
Je demande bien évidemment à récupérer à minima mes biens et à avoir reconnaissances du préjudice moral auprès des accusés.

Merci à vour pour votre réponse

Bonne journée

Erossi

Victime 2 (séparément de la première) : Erminilde
Citation :
Expéditeur : Erminilde
Date d'envoi : 28/04/1462 - 07:43:03
Titre : Vol entre Montpellier et Béziers
Dame procureur bonjour,

Je vous envoie cette missive pour me plaindre d'une agression et d'un vol survenu cette nuit entre Montpellier et Béziers.
Mes amis et moi avons été délestés de mes biens.

Pour ma part, il s'agit d'environ 1550 écus, d'une dizaine de miches de pain, d'une douzaines de sacs de maïs, ainsi que d'une dizaine de poissons. Sans doute encore d'autres objets mais je ne me souviens pas de tout mon inventaire.
Etant en déplacement pour déménager, j'étais dans l'obligation de porter sur moi la totalité de mes possessions.

Je n'ai donc plus rien du tout.

J'ai parfaitement pu reconnaître les voleurs. Deux hommes et deux femmes. Habillés comme des saltimbanques. La maréchaussée ne va avoir aucune difficulté à le remarquer: leurs accoutrements sont pour le moins remarquables.

Je suis la disposition de la maréchaussée pour répondre plus précisément aux demandes de description ou d'identification nécessaires à l'enquête.

Désespérément,

Erminilde d'Orgemont

[HRP: 28/04/1462 04:08 : Vous avez été racketté par un groupe composé de Alessandro.di.roja de Chalva de Magda et de Bocom
La vision étant parfaitement claire et explicite, mon personnage est en mesure de reconnaître et de se souvenir de chacun de ses agresseurs et je pense pouvoir utiliser, hors les noms, toutes les informations RP et IG de la fiche de personnage mise à ma disposition.]
Revenir en haut Aller en bas
Lycinia
Orateur
Orateur
avatar

Nombre de messages : 344
Ville : Montpellier
Fonctions : Procureur du Languedoc
Date d'inscription : 01/02/2014

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Lun 28 Avr 2014, 20:42

Citation :
En ce jour du vingt huit avril de l'an de grâce mil quatre cent soixante deux, moi Lycinia Manilius en tant que procureur du Languedoc ouvre une procédure à l'encontre de Mestre Alessandro.di.roja pour des faits de brigandages qualifiables de trouble à l'ordre public.

Il est reproché à l'accusée d'avoir, à l'aide de trois compères agressé et volé deux femmes qui voyageaient séparément sur la route qui joint Béziers à Montpellier en cette nuit du vingt sept au vingt huit avril de cette même année. Je demanderais aux victimes de me préciser si elles étaient ensembles ou voyageaient séparément.

Quoi qu'il en soit la première victime, Dona Erossi à été dérobé de cinq cent écus et de quelques objets qu'elle qualifie de sans importance, quant à la seconde victime, Dona Erminilde le larcin est plus important puisqu'il s'agit de mil cinq cent cinquante écus, une dizaine de miches de pain, une douzaines de sacs de maïs ainsi qu'une dizaine de poissons.

C'est grâce au témoignage de cette dernière que nous avons pu identifier les accusés.

Pour citer le courrier de Dona Erminilde.

*début de lecture*
J'ai parfaitement pu reconnaître les voleurs. Deux hommes et deux femmes. Habillés comme des saltimbanques. La maréchaussée ne va avoir aucune difficulté à le remarquer: leurs accoutrements sont pour le moins remarquables.
*fin de lecture

C'est en effet un constat flagrant que les tenues des accusés ne sont pour le moins pas banale et ne se fondent guère dans la masse.

Il est évident que si chaque individu se permettait de brigander, la sécurité publique s'en trouverait gravement compromise, en outre il ne s'agit pas d'un fait que l'on pourrait qualifier de raisonnable et que l'on pourrait donc attribuer à un bon père de famille. Enfin, il est coutumier que le Languedoc condamne ce genre d'agissements.

Pour rappel je vous cite le code languedocien,

*début de lecture*

3-Des lois
a. Nul n'est censé ignorer la loi.
b. Le Comté du Languedoc est régi par le droit coutumier.

1) le critère du bon père de famille : est permise toute action que pourrait commettre une personne normalement sérieuse, raisonnable et soucieuse de ne causer aucun préjudice à autrui. Ce bon père de famille est un homme ordinaire, un homme de la place du marché qui agit en vertu de son bon sens.
2) l'universalité d'action : est punissable l'acte qui mettrait gravement en péril la vie en société si tout citoyen se l'autorisait.
3) la jurisprudence : Comme la coutume existe par elle-même, le Juge ne la crée pas mais l'énonce en s'inspirant dans ses jugements des décisions antérieures de la justice du Languedoc et en expliquant s'il y a lieu pourquoi il s'écarte de la jurisprudence (et donc de la Coutume).


D. Du trouble à l'ordre public
Tout acte portant préjudice à une personne ou à un groupe de personnes, ou susceptible de le faire, de quelque nature qu'il soit, sera considéré comme trouble à l'ordre public. Il en sera de même de tout acte nuisant au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique.

*fin de lecture*


Mestre, avouez vous votre culpabilité ? Sachez qu'en avouant votre peine pourrait s'en voir réduite.

Quoi qu'il en soit le ministère de la justice accuse Mestre Alessandro.di.roja d'avoir enfreint le droit languedocien.

Sachez que vous avez tout à fait le droit d'être représenté par un avocat pour votre défense.
Le barreau du Languedoc est accessible ici :
http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=9680
l'Ordre des avocats du Dragon se trouve par là :
http://forum.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=4831

La parole est à vous.


Dernière édition par Lycinia le Mar 29 Avr 2014, 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lycinia
Orateur
Orateur
avatar

Nombre de messages : 344
Ville : Montpellier
Fonctions : Procureur du Languedoc
Date d'inscription : 01/02/2014

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Mar 29 Avr 2014, 18:41

Citation :
Première plaidoirie de la défense

Magistrats et membre de la Cour, permettez moi de me présenter d'abord.
Je me nomme Alessandro di Roja, honnête angevin - même si la notion d'honnête angevin est fort conceptuelle -, et les couleurs que je porte, et que vous qualifiez avec mépris, sont celles de la Maison de Gennes à laquelle je voue mes services.

Je débuterai ma plaidoirie par une défense exempte de faux semblants : aux faits de brigandage qui me sont reprochés, je ne nierai pas mon implication.
Durant la nuit du vingt sept avril, j'étais bel et bien entre Béziers et Montpellier, à délester ces Bretons de leurs biens.
Ils étaient quatre si ma mémoire est bonne. Ou cinq, même, il se peut. J'imagine, bien que nous n'ayons été formellement présentés, que les Dames citées faisaient partie du convoi.
Je tiens à préciser de moi même qu'elles voyageaient bien ensemble.
Si j'ai bel et bien brigandé ces personnes, cette nuit là, je ne me défini pas pour autant comme un brigand. Si elles voyageaient séparément, celà signifierait que nous aurions brigandé deux jours de suite, ce qui aurait pu conclure sur une manoeuvre visant à insécuriser la route, hors il n'en est rien.
Si je ne suis homme à fuir mes responsabilités, je me méfie plus que tout du venin Breton.
J'en veux pour preuve le témoignage de la dernière. La somme mirobolante qu'elle annonce est une insulte à la moralité. Elle ne devait pas avoir davantage qu'une ou deux centaines d'écus, même s'il m'est difficile d'en juger avec précision, et nous aimerions lui rappeler que, hormis la tentative de nous voir accablé d'une peine extraordinaire par pure vengeance, elle ne récupèrera rien des sommes qu'elle s'invente.
Si la Dame ne corrige pas ci même son mensonge éhonté, nous nous verrons dans l'obligation de lui demander des preuves valables lors de ce procès.

Dans un soucis de transparence, et du bon déroulement du procès, permettez moi de décrire mon action à travers la lecture de vos lois. Anciennement avocat angevin, je ne suis homme à les compromettre.

En bon père de famille, il est bon de noter qu'étranger au Languedoc, je respecte mes hôtes et la population qui m'accueille. J'atteste sur mon honneur n'avoir jamais de ma vie avoir commis d'acte préjudiciable sur un ressortissant du Languedoc. Ma défense qui se veut honnête et droite témoignera pour moi de la déférence que je porte à vos institutions. J'assume pleinement mes actes, sans faire de ce procès une vaste farce.
C'est d'ailleurs en bon père de famille que je pris pour cible ces Bretons; ainsi, la population locale ne souffrira d'aucun préjudice, et nul habitant du Languedoc n'aura vu mettre sa sécurité en péril. Nous ne nous sommes point accaparé la route, ni empêché la mobilité de vos citoyens. L'écart de conduite n'est à justifier que par une différence de nos moeurs et de notre histoire. Les Bretons, aux yeux d'un angevin, ne sont davantage que des demi hommes. J'ai vu bien du monde battre son chien sans risquer la prison. Si je ne vous demande de partager notre vision, il me parait clair que la chose est à prendre en compte lors de l'énoncé du verdict.

Quant à l'universalité de l'action, elle découle de ces même points. Chaque Languedocien pourrait délester chaque Breton qui passe sans mettre en péril la vie en société. Tant que des règles sont respectées, bien entendu. J'entends par là de ne pas stationner sur une route fort empruntée en risquant ainsi de léser davantage que quelques Bretons, et ne point sortir les armes pour blesser, mutiler, ou même tuer.
Nous n'avons attaqué que ces Bretons, jamais nous ne nous serions permis de faire davantage. Et vous pourrez juger par vous même du bon état de santé des victimes. Nous ne sommes pas des bouchers.

De même, nous n'avons mis en péril l'ordre public, pour les raisons énumérés auparavant. Une fois de plus, ma présence à ce procès, et ma volonté d'y faire face sans omission témoigne de ma volonté claire de satisfaire l'ordre, ainsi que vos institutions.

Pour achever ma plaidoirie, et pour ne rien vous cacher, encore, je vous donne un aperçu du butin du soir. Six cent écus et des poussières, quelques miches de pain, et une paire de bottes neuves. Cet argent m'a permis de m'offrir un bel appartement à Montpellier, payer des salaires pour l'entretient de mes vignes, et offrir à mes compagnons quelques verres autour d'un feu de camps.
Du butin, il ne me reste que quelques bouts de pain, une poignée d'écus, et le souvenir savoureux des cris hystériques mais mélodieux, de Bretons brutalisés.
Mais surtout, un pieds à terre à Montpellier, afin de goûter plus longuement aux beautés de votre Comté.

Par mon droit, je me réserve de choisir mes témoins selon ce qui me sera reproché lors de ce procès. Je ferai au mieux de prouver qu'un Breton n'est pas un Languedocien, et que son intégrité n'est pas si importante que ça, l'affection que je porte à votre région et vos coutumes - j'ai d'ailleurs commencé à apprendre la langue d'Oc - et le caractère si peu préjudiciable de nos actes.

Procureur, je vous invite à faire entrer vos témoins. Puissiez vous juger de cette affaire en bonne intelligence. Je m'engage à rester en ville le temps du procès, et demeurer à votre entière disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Ulrika.Von.Stern
Orateur Célèbre
Orateur Célèbre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1500
Age : 22
Ville : Montpellier
Rang de Noblesse : Noble de sang impériale, Dame des Ronces en France
Date d'inscription : 20/07/2013

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Mer 30 Avr 2014, 19:56




« Il a avoué avoir rapidement dépenser les écus dérobés afin que la justice ne les lui prenne pas. Je demande une peine exemplaire d'autant plus qu'il s'est amusé à se moquer du conseil, de la justice et de ma personne. »





« Si vous pouviez le mettre en procès pour ces insultes ou en faire des circonstances aggravantes, je vous enjoins à le faire. »
Revenir en haut Aller en bas
Ulrika.Von.Stern
Orateur Célèbre
Orateur Célèbre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1500
Age : 22
Ville : Montpellier
Rang de Noblesse : Noble de sang impériale, Dame des Ronces en France
Date d'inscription : 20/07/2013

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Mer 30 Avr 2014, 20:10


Revenir en haut Aller en bas
Lycinia
Orateur
Orateur
avatar

Nombre de messages : 344
Ville : Montpellier
Fonctions : Procureur du Languedoc
Date d'inscription : 01/02/2014

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Jeu 01 Mai 2014, 10:02

Bonjour, c'est noté j'intègre ça au dossier, il est très mal vu au niveau juridique de lancer deux procès contre une même personne l'un après l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Ulrika.Von.Stern
Orateur Célèbre
Orateur Célèbre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1500
Age : 22
Ville : Montpellier
Rang de Noblesse : Noble de sang impériale, Dame des Ronces en France
Date d'inscription : 20/07/2013

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Ven 02 Mai 2014, 02:29

« Mal vu n'enlève aucune nécessité. »
Revenir en haut Aller en bas
Ulrika.Von.Stern
Orateur Célèbre
Orateur Célèbre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1500
Age : 22
Ville : Montpellier
Rang de Noblesse : Noble de sang impériale, Dame des Ronces en France
Date d'inscription : 20/07/2013

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Dim 04 Mai 2014, 21:16

« Oh et vous avez vu la nouvelle taverne de Montpellier aussi? »

Citation :
A la Truie Guindée

Propriétaire : Alessandro.di.roja
Tavernier(e) : Alessandro.di.roja
Bière à 0,80 écu, menus à partir de 7,50 écus
Bâtisse vétuste et retapée à la va-vite dans les faubourgs de la capitale.
L'Enseigne représente, finement confondue avec celle d'une truie, la tête de la Comtesse d'alors Ulrika.
Les murs sales désertés de toute décoration donnent à la taverne des allures de maison abandonnée.
Pourtant, sur sa porte, fût fixée dans le bois épais une plaque gravée d'un texte devenu illisible.

« Vous allez me faire plaisir et me monter un dossier béton pour le faire prononcer coupable. »
Revenir en haut Aller en bas
Lycinia
Orateur
Orateur
avatar

Nombre de messages : 344
Ville : Montpellier
Fonctions : Procureur du Languedoc
Date d'inscription : 01/02/2014

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Lun 05 Mai 2014, 05:17

Ah oui je l'ai vue mais j'avais pas vu l'annonce, je vais discuter avec le juge savoir s'il est plus intéressant de mettre tout ça en circonstance aggravante ou de lancer un second procès pour diffamation.
Revenir en haut Aller en bas
Lycinia
Orateur
Orateur
avatar

Nombre de messages : 344
Ville : Montpellier
Fonctions : Procureur du Languedoc
Date d'inscription : 01/02/2014

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Jeu 08 Mai 2014, 16:23

Témoins de la défense :
Citation :

La défense a appelé Finam à la barre

Voici son témoignage :
Votre Honneur,
Procureur,
Mon brave Alessandro,
Les nazes, *dit-il à l'adresse des victimes, ne leur offrant que son dédain*
Bonjour!


Je suis le très respectable et très angevin Comte de Gennes, j'interviens ici en ma qualité de seigneur du Roja que vous accusez à raison et pour mettre au clair quelques idées. Car l'homme a la manie de commettre des impairs, c'est dans la nature angevine que de s'attirer des problèmes, mais je ne vous ferai pas le dessin -déjà parce que je ne sais pas dessiner, et surtout parce que notre pedigree le vaut bien-.

Il aurait rossé avec ses gens quelques pouffiasses en gras-double.. Bretonnes, *dit-il tout en clappant des mains*. Le roux a déteint sur toute la Bretagne depuis la mort d'Elfyn, vous savez, si bien que vous ne pouvez plus trop vous y fier aux bretons. Même les bruns vous racontent des couleurs, maintenant. Pas plus tard qu'il y a quinze jours, à Montauban, l'un d'eux s’efforçait à me convaincre que leur pays rayonnait encore à l'échelle des royaumes. *Hilarité du témoin*. Il avait un nom à coucher dehors, le con, et en plus il me vantait la politique audacieuse de ce qui est maintenant le premier vassal de France: on croit rêver! Enfin bref, tout ça pour dire que celles-là, à se balader avec un trésor à travers tout le territoire, elles sont de la même veine. Soit gourdes, soit menteuses -parce que l'un des noms me revient étrangement en tête pour une affaire de pillage-. Mon Alessandro a juste eu le bon goût de leur tomber sur le poil pour l'un ou l'autre, à vous de choisir.

Si vous avez l'esprit joueur et que vous voulez à tous prix désigner quelqu'un, Bocom est idéal. Il est blond doublé de flamand, tout le monde s'accordera à dire qu'il est forcément coupable.


A votre bon cœur.


Citation :
La défense a appelé Berthe. à la barre
Revenir en haut Aller en bas
Lycinia
Orateur
Orateur
avatar

Nombre de messages : 344
Ville : Montpellier
Fonctions : Procureur du Languedoc
Date d'inscription : 01/02/2014

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Ven 16 Mai 2014, 20:08

Monsieur le Juge.

A l'écoute des divers témoignages il ressort plusieurs éléments,

En premier lieu il est bon de prendre en compte que l'accusé à avoué ses actes et ainsi plaide coupable.

Que les plaignants invoquent la non recevabilité des propos de la défense exprimant qu'une des victimes n'était pas Bretonne. Qu'il est cependant parfaitement compréhensible que le groupe soit assimilé à un groupe de Bretons et que cela doit être porté au crédit de la défense.

Cependant si en vue de ces éléments nous aurions pu envisager la réelle bonne conscience de l'accusé il est certains éléments à rajouter au dossier en circonstances des plus aggravantes.

En effet il se trouve que l'accusé à fortement manqué de respect à notre comtesse en l'insultant à de multiples reprise.

Sa grandeur m'a fait parvenir un grand nombre de ces insultes que je n'évoquerais par pudeur pas à voix haute mais qui sont écrite de la main de sa grandeur sur ce parchemin que je peux faire passer à ceux qui le désirent.

http://img15.hostingpics.net/pics/439732Alessandro.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/719101Alessandro1.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/459794Alessandro2.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/339357Alessandro3.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/677370Alessandro4.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/267394Alessandro5.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/514195Alessandro6.jpg

*Hé oui elle a de la mémoire pour une blonde!*

Ajouté à cela il est notable que l'accusé à récemment ouvert une taverne en Montpellier dénommée "A la Truie Guindée" Certains habitants de Montpellier ainsi que la comtesse ont vu dans l'enseigne ce qui semble être le portrait de celle-ci mélangé à celui d'un porc.

Je ne reconnait pas vraiment la comtesse sur cette enseigne mais cela à interpellé suffisamment de personne pour que cela soit considéré comme une seconde circonstance aggravante et une insulte profonde envers la comtesse et ainsi le comté.

(Propriétaire : Alessandro.di.roja
Tavernier(e) : Alessandro.di.roja
Bière à 0,80 écu, menus à partir de 7,50 écus
Bâtisse vétuste et retapée à la va-vite dans les faubourgs de la capitale.
L'Enseigne représente, finement confondue avec celle d'une truie, la tête de la Comtesse d'alors Ulrika.
Les murs sales désertés de toute décoration donnent à la taverne des allures de maison abandonnée.
Pourtant, sur sa porte, fût fixée dans le bois épais une plaque gravée d'un texte devenu illisible.)


Ainsi en vue des circonstances aggravantes je demande à ce que l'accusé soit jugé coupable et qu'il soit prononcé une amende de 150 écus, 3 jours de prison et 10 coups de bâton.
Revenir en haut Aller en bas
Vanyë
Grand Croix
Grand Croix
avatar

Masculin Nombre de messages : 1967
Age : 45
Ville : Alais
Rang de Noblesse : Baron d'Anduze
Fonctions : procureur du Languedoc
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Ven 16 Mai 2014, 22:58

Courrier de l'accusé a écrit:


Expéditeur : Alessandro.di.roja de Loivelé
Date d'envoi : 15/05/1462 - 11:16:04
Titre : Procès en cours
Cher Juge,
Chère Procureur,

Je vous écris dans le cadre du procès ouvert à notre encontre le 28 avril.
Comme vous le savez, et afin de respecter vos institutions, nous demeurons sur votre sol depuis plus de deux semaines, à attendre nos convocations au tribunal.
Celà va bientôt faire trois semaines. Qui plus est, demain, vous aurez changé de Conseil, et ceci mettra à mal toute la procédure devenue, d'un seul coup, inutile et facultative, en plus de nous avoir fait perdre notre temps.

Je viens désesperement vous demander de conclure cette affaire, que nous ne soyons pas retenus ici indéfiniment, avec en sus, le risque d'un verdict donné à la va vite par un juge ou un procureur qui ne voudront que boucler une affaire qu'ils n'auraient même pas suivi.
J'espère que vous comprendrez que trois semaines, c'est extrêmement long, plus long même que la pire peine encourue.
J'espère de même que vous conviendrez que nous avons fait l'effort de notre côté, de demeurer à votre disposition, vivant sur de maigres provisions, dans votre Comté si éloigné de notre chez nous.

Si vous ne le faites par professionnalisme, faites le au moins pour honorer le respect que l'on vous a accordé.
Je ne pense pas que nous ayons mérité comme traitement de nous faire languir, et nous pousser à quitter votre Comté en plein procès, compromettant ainsi toute chance de nous défendre, et gâchant les semaines que nous vous avons accordés.


Puissiez vous rendre justice au plus vite,

Alessandro di Roja.

Courrier de réponse du 17 mai 1462 a écrit:
Bonjour,

Le procureur était en indisponibilité pour des raisons impérieuses, ce qui fait que j'attendais qu'il puisse rendre ses réquisitions dans cette affaire. C'est désormais chose faite.

Vous pouvez désormais produire votre dernière plaidoirie.

Vanyë d'Anduze, juge du Languedoc pour quelques heures encore.
Revenir en haut Aller en bas
Jorocket
Croix civile
Croix civile
avatar

Masculin Nombre de messages : 3474
Age : 28
Ville : Alais
Date d'inscription : 14/07/2009

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Dim 18 Mai 2014, 22:52

Citation :
Expéditeur : Erminilde
Date d'envoi : 18/05/1462 - 17:38:12
Titre : Verdicts

Bonjorn messire le Juge,

Avant toute chose permettez-moi de vous féliciter pour votre nomination à votre poste.

Je me nomme Erminilde d'Orgemont. Vous allez bientôt rendre des verdicts dans quatre affaire m'opposant, ainsi que mon amie et compagnonne d'infortune Erossi, à deux couples de brigands nous ayant totalement dépouillé sur la route entre Montpellier et Béziers.
Ces bandits se font appeler Magda, Chalva, Alessandro di Roja, et Bocom.

Puisque je n'ai pas pu faire entendre de témoins à charge lors du procès, et puisque les autres victimes de mon groupe n'ont pas vu leur plaintes acceptées par le tribunal, je me permets d'exprimer clairement mes doutes vis-à-vis de l'institution judiciaire languedocienne à la tête de laquelle vous venez d'être nommé.

Je déplore que la procureur, après avoir passé certaines soirées en taverne avec nos agresseurs assez riches pour y boire, quand nous sommes réduites pour notre part à mendier et à être jetées en prison pour vagabondage, ne requiert que des peines très légères.
Sauf pour l'un d'eux qui doit finir brûlé si j'ai bien compris. Je m'en réjouis.

Je rappelle qu'il m'a été dérobé pour plus de 2000 écus de biens, et 1600 écus en monnaie. Les armes et vêtements que portent les accusés montrent bien qu'ils sont en mesure de me rembourser une grande partie de ce qu'ils m'ont volés. Ou du moins ce qu'ils n'ont pas encore dilapidé en cadeaux pour acheter la clémence du tribunal.

J'espère que vous comprenez mon désespoir de voir qu'il est préférable de brigander pour bien boire, bien manger, bien s'habiller et être compris de la Justice, plutôt que de travailler, payer ses impôts, et mendier dans une ville devenue une prison en attendant d'être autorisée à reprendre les chemins.

Croyez-vous que je me trompe? Est-il mieux d'être honnête?

Je compte sur vos verdicts pour m'apporter la réponse à cette question.

Respectueusement vôtre,
Erminilde d'Orgemont,
Languedocienne,
Victime
Revenir en haut Aller en bas
Jorocket
Croix civile
Croix civile
avatar

Masculin Nombre de messages : 3474
Age : 28
Ville : Alais
Date d'inscription : 14/07/2009

MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   Lun 19 Mai 2014, 16:43

Procès ayant opposé Alessandro.di.roja au Comté du Languedoc

Alessandro.di.roja était accusé de trouble à l'ordre public.

Le jugement a été rendu
Enoncé du verdict
Le prévenu a été reconnu coupable de trouble à l'ordre public.

Citation :
*Se frotte les yeux*

Bien, bien bien.
Si l'on résume un peu tout ça, le sieur Alessandro.di.roja, ici-présent, est accusé -initialement tout du moins- d'avoir dépouillé deux femmes, les dames Erossi et ... Erminilde, sur le territoire languedocien.
Ces faits ont été corroborés par le témoignage des victimes sus-citées ainsi que par l'accusé lui-même. La chose est donc prouvée ...

* Parcoure ses fiches *

Messire Di Roja, que les victimes soient bretonnes, bourguignonnes ou même savoyardes m'importe peu car, voyez-vous, le brigandage a, de tout temps, été réprimé par la justice de ce Comté. En effet, l'acte de brigandage nuit indiscutablement à l'harmonie de notre bonne société, aucun honnête homme et certainement pas le bon père de famille ne se livrerait à un tel forfait, même à l'encontre d'une bretonne.

Je suis cependant d'accord avec vous lorsque vous dénoncez l'incongruité des nouvelles accusations de madame le procureur dans son réquisitoire. L'on ne peut décemment admettre qu'il puisse exister un lien quelconque entre l'acte de brigandage évoqué dans l'acte d'accusation et les nouvelles accusations qui ont été formulées dans ce réquisitoire. Ces mêmes accusations auraient davantage eu leur place au sein d'une procédure distincte.

Ainsi donc, en ce jour du 20 mai 1462, le juge Jorocket, moi-même, vous déclare coupable de trouble à l'ordre public.
Étant donné que votre casier judiciaire ne fait pas encore mention d'une condamnation pour brigandage, vous écoperez d'une peine de prison standard de trois jours.
À ceci s'ajoutera une amende d'un montant de 141 écus, le maximum admissible dans votre cas, en considérant l'épée que vous portez d'un montant minimal de 140 écus, ainsi que le contenu de votre bourse, soit 1 écu. ( http://imageshack.com/a/img843/6421/xqd0.png )

Si vous vous estimez méjugé, vous avez la possibilité d'interjeter appel auprès du tribunal du Palais.

* Un coup de maillet *

l'Audience est levée.
Le prévenu a été condamné à une peine de prison de 3 jours et ?une amende de 141 écus.

Acte d'accusation
Citation :
En ce jour du vingt huit avril de l'an de grâce mil quatre cent soixante deux, moi Lycinia Manilius en tant que procureur du Languedoc ouvre une procédure à l'encontre de Mestre Alessandro.di.roja pour des faits de brigandages qualifiables de trouble à l'ordre public.

Il est reproché à l'accusée d'avoir, à l'aide de trois compères agressé et volé deux femmes qui voyageaient séparément sur la route qui joint Béziers à Montpellier en cette nuit du vingt sept au vingt huit avril de cette même année. Je demanderais aux victimes de me préciser si elles étaient ensembles ou voyageaient séparément.

Quoi qu'il en soit la première victime, Dona Erossi à été dérobé de cinq cent écus et de quelques objets qu'elle qualifie de sans importance, quant à la seconde victime, Dona Erminilde le larcin est plus important puisqu'il s'agit de mil cinq cent cinquante écus, une dizaine de miches de pain, une douzaines de sacs de maïs ainsi qu'une dizaine de poissons.

C'est grâce au témoignage de cette dernière que nous avons pu identifier les accusés.

Pour citer le courrier de Dona Erminilde.

*début de lecture*
J'ai parfaitement pu reconnaître les voleurs. Deux hommes et deux femmes. Habillés comme des saltimbanques. La maréchaussée ne va avoir aucune difficulté à le remarquer: leurs accoutrements sont pour le moins remarquables.
*fin de lecture

C'est en effet un constat flagrant que les tenues des accusés ne sont pour le moins pas banale et ne se fondent guère dans la masse.

Il est évident que si chaque individu se permettait de brigander, la sécurité publique s'en trouverait gravement compromise, en outre il ne s'agit pas d'un fait que l'on pourrait qualifier de raisonnable et que l'on pourrait donc attribuer à un bon père de famille. Enfin, il est coutumier que le Languedoc condamne ce genre d'agissements.

Pour rappel je vous cite le code languedocien,

*début de lecture*

3-Des lois
a. Nul n'est censé ignorer la loi.
b. Le Comté du Languedoc est régi par le droit coutumier.

1) le critère du bon père de famille : est permise toute action que pourrait commettre une personne normalement sérieuse, raisonnable et soucieuse de ne causer aucun préjudice à autrui. Ce bon père de famille est un homme ordinaire, un homme de la place du marché qui agit en vertu de son bon sens.
2) l'universalité d'action : est punissable l'acte qui mettrait gravement en péril la vie en société si tout citoyen se l'autorisait.
3) la jurisprudence : Comme la coutume existe par elle-même, le Juge ne la crée pas mais l'énonce en s'inspirant dans ses jugements des décisions antérieures de la justice du Languedoc et en expliquant s'il y a lieu pourquoi il s'écarte de la jurisprudence (et donc de la Coutume).


D. Du trouble à l'ordre public
Tout acte portant préjudice à une personne ou à un groupe de personnes, ou susceptible de le faire, de quelque nature qu'il soit, sera considéré comme trouble à l'ordre public. Il en sera de même de tout acte nuisant au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique.

*fin de lecture*


Mestre, avouez vous votre culpabilité ? Sachez qu'en avouant votre peine pourrait s'en voir réduite.

Quoi qu'il en soit le ministère de la justice accuse Mestre Alessandro.di.roja d'avoir enfreint le droit languedocien.

Sachez que vous avez tout à fait le droit d'être représenté par un avocat pour votre défense.
Le barreau du Languedoc est accessible ici :
http://forum2.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=9680
l'Ordre des avocats du Dragon se trouve par là :
http://forum.lesroyaumes.com/viewforum.php?f=4831

La parole est à vous.

Première plaidoirie de la défense
Citation :
Magistrats et membre de la Cour, permettez moi de me présenter d'abord.
Je me nomme Alessandro di Roja, honnête angevin - même si la notion d'honnête angevin est fort conceptuelle -, et les couleurs que je porte, et que vous qualifiez avec mépris, sont celles de la Maison de Gennes à laquelle je voue mes services.

Je débuterai ma plaidoirie par une défense exempte de faux semblants : aux faits de brigandage qui me sont reprochés, je ne nierai pas mon implication.
Durant la nuit du vingt sept avril, j'étais bel et bien entre Béziers et Montpellier, à délester ces Bretons de leurs biens.
Ils étaient quatre si ma mémoire est bonne. Ou cinq, même, il se peut. J'imagine, bien que nous n'ayons été formellement présentés, que les Dames citées faisaient partie du convoi.
Je tiens à préciser de moi même qu'elles voyageaient bien ensemble.
Si j'ai bel et bien brigandé ces personnes, cette nuit là, je ne me défini pas pour autant comme un brigand. Si elles voyageaient séparément, celà signifierait que nous aurions brigandé deux jours de suite, ce qui aurait pu conclure sur une manoeuvre visant à insécuriser la route, hors il n'en est rien.
Si je ne suis homme à fuir mes responsabilités, je me méfie plus que tout du venin Breton.
J'en veux pour preuve le témoignage de la dernière. La somme mirobolante qu'elle annonce est une insulte à la moralité. Elle ne devait pas avoir davantage qu'une ou deux centaines d'écus, même s'il m'est difficile d'en juger avec précision, et nous aimerions lui rappeler que, hormis la tentative de nous voir accablé d'une peine extraordinaire par pure vengeance, elle ne récupèrera rien des sommes qu'elle s'invente.
Si la Dame ne corrige pas ci même son mensonge éhonté, nous nous verrons dans l'obligation de lui demander des preuves valables lors de ce procès.

Dans un soucis de transparence, et du bon déroulement du procès, permettez moi de décrire mon action à travers la lecture de vos lois. Anciennement avocat angevin, je ne suis homme à les compromettre.

En bon père de famille, il est bon de noter qu'étranger au Languedoc, je respecte mes hôtes et la population qui m'accueille. J'atteste sur mon honneur n'avoir jamais de ma vie avoir commis d'acte préjudiciable sur un ressortissant du Languedoc. Ma défense qui se veut honnête et droite témoignera pour moi de la déférence que je porte à vos institutions. J'assume pleinement mes actes, sans faire de ce procès une vaste farce.
C'est d'ailleurs en bon père de famille que je pris pour cible ces Bretons; ainsi, la population locale ne souffrira d'aucun préjudice, et nul habitant du Languedoc n'aura vu mettre sa sécurité en péril. Nous ne nous sommes point accaparé la route, ni empêché la mobilité de vos citoyens. L'écart de conduite n'est à justifier que par une différence de nos moeurs et de notre histoire. Les Bretons, aux yeux d'un angevin, ne sont davantage que des demi hommes. J'ai vu bien du monde battre son chien sans risquer la prison. Si je ne vous demande de partager notre vision, il me parait clair que la chose est à prendre en compte lors de l'énoncé du verdict.

Quant à l'universalité de l'action, elle découle de ces même points. Chaque Languedocien pourrait délester chaque Breton qui passe sans mettre en péril la vie en société. Tant que des règles sont respectées, bien entendu. J'entends par là de ne pas stationner sur une route fort empruntée en risquant ainsi de léser davantage que quelques Bretons, et ne point sortir les armes pour blesser, mutiler, ou même tuer.
Nous n'avons attaqué que ces Bretons, jamais nous ne nous serions permis de faire davantage. Et vous pourrez juger par vous même du bon état de santé des victimes. Nous ne sommes pas des bouchers.

De même, nous n'avons mis en péril l'ordre public, pour les raisons énumérés auparavant. Une fois de plus, ma présence à ce procès, et ma volonté d'y faire face sans omission témoigne de ma volonté claire de satisfaire l'ordre, ainsi que vos institutions.

Pour achever ma plaidoirie, et pour ne rien vous cacher, encore, je vous donne un aperçu du butin du soir. Six cent écus et des poussières, quelques miches de pain, et une paire de bottes neuves. Cet argent m'a permis de m'offrir un bel appartement à Montpellier, payer des salaires pour l'entretient de mes vignes, et offrir à mes compagnons quelques verres autour d'un feu de camps.
Du butin, il ne me reste que quelques bouts de pain, une poignée d'écus, et le souvenir savoureux des cris hystériques mais mélodieux, de Bretons brutalisés.
Mais surtout, un pieds à terre à Montpellier, afin de goûter plus longuement aux beautés de votre Comté.

Par mon droit, je me réserve de choisir mes témoins selon ce qui me sera reproché lors de ce procès. Je ferai au mieux de prouver qu'un Breton n'est pas un Languedocien, et que son intégrité n'est pas si importante que ça, l'affection que je porte à votre région et vos coutumes - j'ai d'ailleurs commencé à apprendre la langue d'Oc - et le caractère si peu préjudiciable de nos actes.

Procureur, je vous invite à faire entrer vos témoins. Puissiez vous juger de cette affaire en bonne intelligence. Je m'engage à rester en ville le temps du procès, et demeurer à votre entière disposition.

Réquisitoire de l'accusation
Citation :
Monsieur le Juge.

A l'écoute des divers témoignages il ressort plusieurs éléments,

En premier lieu il est bon de prendre en compte que l'accusé à avoué ses actes et ainsi plaide coupable.

Que les plaignants invoquent la non recevabilité des propos de la défense exprimant qu'une des victimes n'était pas Bretonne. Qu'il est cependant parfaitement compréhensible que le groupe soit assimilé à un groupe de Bretons et que cela doit être porté au crédit de la défense.

Cependant si en vue de ces éléments nous aurions pu envisager la réelle bonne conscience de l'accusé il est certains éléments à rajouter au dossier en circonstances des plus aggravantes.

En effet il se trouve que l'accusé à fortement manqué de respect à notre comtesse en l'insultant à de multiples reprise.

Sa grandeur m'a fait parvenir un grand nombre de ces insultes que je n'évoquerais par pudeur pas à voix haute mais qui sont écrite de la main de sa grandeur sur ce parchemin que je peux faire passer à ceux qui le désirent.

http://img15.hostingpics.net/pics/439732Alessandro.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/719101Alessandro1.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/459794Alessandro2.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/339357Alessandro3.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/677370Alessandro4.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/267394Alessandro5.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/514195Alessandro6.jpg

*Hé oui elle a de la mémoire pour une blonde!*

Ajouté à cela il est notable que l'accusé à récemment ouvert une taverne en Montpellier dénommée "A la Truie Guindée" Certains habitants de Montpellier ainsi que la comtesse ont vu dans l'enseigne ce qui semble être le portrait de celle-ci mélangé à celui d'un porc.

Je ne reconnait pas vraiment la comtesse sur cette enseigne mais cela à interpellé suffisamment de personne pour que cela soit considéré comme une seconde circonstance aggravante et une insulte profonde envers la comtesse et ainsi le comté.

(Propriétaire : Alessandro.di.roja
Tavernier(e) : Alessandro.di.roja
Bière à 0,80 écu, menus à partir de 7,50 écus
Bâtisse vétuste et retapée à la va-vite dans les faubourgs de la capitale.
L'Enseigne représente, finement confondue avec celle d'une truie, la tête de la Comtesse d'alors Ulrika.
Les murs sales désertés de toute décoration donnent à la taverne des allures de maison abandonnée.
Pourtant, sur sa porte, fût fixée dans le bois épais une plaque gravée d'un texte devenu illisible.)


Ainsi en vue des circonstances aggravantes je demande à ce que l'accusé soit jugé coupable et qu'il soit prononcé une amende de 150 écus, 3 jours de prison et 10 coups de bâton.

Dernière plaidoirie de la défense
Citation :
Ave, Juge.

Il fallait bien ponctuer par une note humoristique, j'imagine.
Aux éléments liés au brigandage, je n'ai nul autre commentaire à faire. La Procureur aura bien résumé les choses.

Par contre, au sujet de l'affaire contre la Comtesse...
Permettez moi d'abord de vous rappeler que l'acte d'accusation se résume à un fait de brigandage, comme l'a bien annoncé la Proc'. Mes déboires avec la Comtesse n'ont rien à faire dans cette histoire.
Si votre Comtesse désire porter plainte à ce sujet, qu'elle le fasse. J'imagine qu'il ne sera pas compliqué à démontrer aux futurs juges et procureurs que les dites insultes ne feraient même pas rougir un Cureton. Ne frisons pas le ridicule.

J'oserai, par la même occasion, profiter pour rappeler que le témoignage de la Comtesse en fonction ne peut être pris en considération pour des faits aussi triviaux, de par sa position particulière. Sauf si vous ne désirez que faire l'étalage des mesquineries de gens de soi disant pouvoir et salir davantage l'image bien terne qu'elle semble déjà inspirer à ses propres citoyens.
Notons que les insultes proférées par la Comtesse, autrement plus virulentes, n'ont pas été ici précisées. Ni le fait que je me sois fait chasser comme un malpropre de votre taverne municipale après ce si bref échange, et pourtant si courtois.

Pour la taverne, je nie absolument. Si la Procureur ne trouve pas de ressemblance avec la Comtesse, c'est parce qu'il n'y en a pas. Simple fantasme, ici. Rien ne tend à prouver que le cochon de mon enseigne soit de quelque filiation avec la dite Comtesse.
Vous conviendrez que le Procureur avance là des hypothèses sans fondement, ni même appuyée par la moindre preuve.

Je requiers, moi, la même peine que mes compagnons.
D'abord, parce que les circonstances aggravantes n'en sont pas, ensuite parce que c'est pas très très gentil.

Restons sérieux.

La défense a appelé Finam à la barre
Voici son témoignage :

Citation :
Votre Honneur,
Procureur,
Mon brave Alessandro,
Les nazes, *dit-il à l'adresse des victimes, ne leur offrant que son dédain*
Bonjour!


Je suis le très respectable et très angevin Comte de Gennes, j'interviens ici en ma qualité de seigneur du Roja que vous accusez à raison et pour mettre au clair quelques idées. Car l'homme a la manie de commettre des impairs, c'est dans la nature angevine que de s'attirer des problèmes, mais je ne vous ferai pas le dessin -déjà parce que je ne sais pas dessiner, et surtout parce que notre pedigree le vaut bien-.

Il aurait rossé avec ses gens quelques pouffiasses en gras-double.. Bretonnes, *dit-il tout en clappant des mains*. Le roux a déteint sur toute la Bretagne depuis la mort d'Elfyn, vous savez, si bien que vous ne pouvez plus trop vous y fier aux bretons. Même les bruns vous racontent des couleurs, maintenant. Pas plus tard qu'il y a quinze jours, à Montauban, l'un d'eux s’efforçait à me convaincre que leur pays rayonnait encore à l'échelle des royaumes. *Hilarité du témoin*. Il avait un nom à coucher dehors, le con, et en plus il me vantait la politique audacieuse de ce qui est maintenant le premier vassal de France: on croit rêver! Enfin bref, tout ça pour dire que celles-là, à se balader avec un trésor à travers tout le territoire, elles sont de la même veine. Soit gourdes, soit menteuses -parce que l'un des noms me revient étrangement en tête pour une affaire de pillage-. Mon Alessandro a juste eu le bon goût de leur tomber sur le poil pour l'un ou l'autre, à vous de choisir.

Si vous avez l'esprit joueur et que vous voulez à tous prix désigner quelqu'un, Bocom est idéal. Il est blond doublé de flamand, tout le monde s'accordera à dire qu'il est forcément coupable.


A votre bon cœur.

L'accusation a appelé Erossi à la barre
Voici son témoignage :

Citation :
*Erossi avait été mandatée à la barre... Elle en avait rêvé pendant de nombreuses journée... Mais jamais au grand jamais, le capitaine n'avais voulu la lui confier... Pas de femmes à bord était la première règle, si la première était sacrifiée coute que coute les éloigner du gouvernail...Voila le discours...
Elle avait donc peché, ou plutôt éssayé de pecher pendant près de 10 jours... un malheureux poisson!! Seul tribut de cette traversée le long des cotes Athlantique... mangé un peu après Bordeaux... ça de moins de volé...

C'est donc la rage au ventre mais tout de même un peu curieuse qu'elle arriva à la barre... première frustration, il n'y a avait pas de bateau... Mais coté coup de filet, la pèche avait été bonne...Belle prise coté accusés... mais restons en là sur les comparaisons marines...

La jeune Bretonne lança un regart plein de mépris à l'accusé puis se radoucis en ne s'adressant qu'à la Procureur, elle n'allait pas en plus lui faire l'honneur de lui adresser la parole...*

Demat Madame Le Procureur, Trugarez de nous avoir accueilli dans cette salle et d'avoir entendu notre plainte.

Il s'avère que nous étions en train de terminer notre voyage qui avait pour destination Bézier. Plus d'un mois de bateau et de marche pour venir enfin dans votre belle région...

*un peu de flatterie ne faisait de mal à personne*

Le but de notre voyage, et c'est là qu'une partie de l'argumentation de la défense s'éffondre, était de retrouver le foyer de mon Amie Erminilde... mais je la laisserais vous parler de ses origines Languedocienne et de la maison et des cultures qu'elle a sur Bézier... Nous pourrons ainsi nous amuser de voir à quel point la protection du patrimoine local a été garanti par nos 4 amis...

Bref un mois de voyage sans emcombres, et sur la dernière étape, Paf!! On tombe sur quatre autres voyageurs qui nous menacent et nous détroussent. Avec une enfant, et nous, faible femme, que vouliez vous... Ils nous ont pillés sans vergogne.
Je ne pourrais pas oublier leur visage...Ils sont gravés dans ma tête et je reconnais bien l'un d'entre eux, derrière la barre des accusés...
Et le sourire narquois qu'il avaient... Impossible de me le sortir du crâne!!

*Erossi se dit qu'elle aurait sûrement le même en les regardant pendre au bout d'une corde...*

Tout cela pour dire, qu'en plus d'avoir profité de notre faiblesse et de l'effet de surprise, leur attitude était particulièrement déplacée... pour autant que l'on puisse en juger dans ce type de contexte...

Au vu de la mauvaise fois évidente et apparente je me permet donc de ne pas arrondir mes pertes qui sont exactement de 535 écus, 3 pains et 3 sacs de Maïs.
J’ai vendu en chemin une natte, une cape et une robe de ma confection, m’ayant rapporté ces 500 écus… je peux appeler à la barre mes clients et clientes pour attester de la somme et donc de la malhonnêteté évidente du Sir ici présent…

Au vu du choc que j'ai eu... Je me retourne sans cesse dans la rue pour vérifier que personne ne me suis et je dors très mal depuis deux nuits... j'estime que cette estimation est à minima du préjudice moral que j'ai subi.

J'ai pleinement confiance en votre justice et en votre clairvoyance, et je remet entre vos mains ma destinée dans ce tribunal!

L'accusation a appelé Erminilde à la barre
Voici son témoignage :

Citation :
* Faisant suite à son amie Erossi, Erminilde s'avance à la barre. Elle replace une mèche rebelle de cheveux derrière son oreille. S'éclaircit la gorge. Puis déclame: *

Françaises, Français, Languedociennes, Languedociens, Bretonnes, Bretons, femmes, hommes et jeux de Loi et de l'oie, accusées, accusés, assemblée, Public mon amour...

* Elle laisse le temps aux éventuels - et très improbables - applaudissements de s'estomper *

Bonjorn!

Si je prononce ce mot c'est pour deux raisons. Deux bonnes raisons.
La première est que je suis une personne bien élevée. Je salue les personnes que je croise. Et je me présente à elles. Poliment. Sachez donc que je me nomme Erminilde d'Orgemont.
C'est une délicatesse élémentaire dont n'ont pas fait preuves les quatre personnes - dont celle-ci - qui nous ont agressés.
Je vais y revenir...

La seconde est que je suis languedocienne et que ce mot m'arrive donc naturellement.
Je suis bien languedocienne. De Béziers pour être précise.
Ma demeure, que je partage avec mon amie et marraine Zolena - ancienne mairesse de la ville - se situe au numéro 12 du quartier des Coquelicots.
Je suis certaine que la personne préposée au cadastre de la ville peut vous le confirmer.

* Et au besoin, Erminilde est prête à graisser la patte de cette personne si par malheur la ligne a été effacée depuis *

Ces quatre malandrins habillés... ou plutôt déguisés ainsi... nous ont dépouillés. De tous nos biens. Des biens d'un groupe de Bretons accompagnant une languedocienne. Moi.
Mon employée Erossi, mon escorteur Séda ainsi que le capitaine de notre bateau accompagné de sa fille Shae. Ils ont accepté de protéger mes biens.
Pour les ramener à Béziers.

La justification de ces gens est donc grotesque.

Je vous donne maintenant la liste des biens dérobés par ces deux messires et ces deux dames.

* Erminilde sort un vélin et lit la liste qu'elle a préparée la veille *

Environ 1600 écus. Je sais que c'est plus que 1550 écus et moins de 1600. Mais je ne me souviens plus de la somme exacte. C'est la recette de ma taverne de Bretagne. Qui porte d'ailleurs le joli nom de ma ville de Béziers.
Une hache d'une valeur de 160 écus environ. Sans compter la valeur sentimentale. J'arrondis à 200 écus.
Une bonne dizaine de pains, une bonne dizaine de sacs de maïs, une bonne dizaine de poissons. Au moins pour 300 écus de nourriture.
Evidemment je ne porte pas tout cela sur moi. Le tout se trouve dans une charrette. Valeur de 140 écus, sans la valeur sentimentale là encore... Disons 200 écus. Je suis certaine que tout cela s'y trouve encore puisque ma charrette a suivi les voleurs.

* Arrivée en bas de sa liste, emportée par son élan, Erminilde poursuit son inventaire. Bien sûr à partir de maintenant il est imaginaire. Mais après tout il n'y a pas de meilleur moment pour faire monter les enchères. *

Je déplore surtout la perte de mes beaux vêtements: une robe blanche, un châle bleu ciel, une houpelande brune...
Et surtout, oh oui j'en suis encore bouleversée... J'espère plus que tout que l'on va me rendre... ma belle panoplie d'apparat. Elle m'a tout de même coûté un millier d'écus!

* La jeune femme fait mine d'être arrivée en bas de sa liste. Elle replie son papier et le fourre dans les plis de sa robe. Puis reprend: *

J'attends de la justice un juste châtiment pour le crime dont mes compagnons et moi avons été les victimes. Dépouiller ainsi une jeune femme qui rentre chez elle... c'est cruel. Et rien ne le pardonne.... sauf peut-être un dédommagement substanciel à la hauteur du préjudice subit...

* Elle pointe un doigt vers le ciel pour appuyer sa dernière remarque *

... avec les intérêts!

* Voila. Elle a fini. Bon enfin il faut redire le baratin à chaque fois. Mais au moins les faites sont connus. Les fables aussi d'ailleurs. C'est rigolo au fond un procès, pense Erminilde en regagnant sa place. *
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alessandro.di.roja - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arsenyk - TOP - Brigandage - 15/04/1462 (Coupable)
» Chalva - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)
» Bocom - TOP - Brigandage - 28/04/1462 (Coupable)
» Alcyne - TOP - Brigandage - 15/04/1462 (Coupable)
» Falco. - TOP - Tentative de révolte à Nîmes - 22/05/1462 (Coupable)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castèl de Montpelhièr :: Archives des discussions des acteurs judiciaires-
Sauter vers: